Skip links

Olfy veut créer du lien par l’odorat

Partager cet article

Le projet a démarré en 2019, lors du programme Les Entrep’ au cours duquel on a gagné un prix France, commence Clothilde Dubernet. À la suite de ça, j’ai obtenu mon diplôme d’école d’ingénieur et je me suis lancée à 100 % dans le développement du projet Olfy. » La société éponyme a été créée en juin 2021 et est, depuis, incubée au LMT (Laval Mayenne Technopole).

« Nous développons une solution permettant l’ajout de la dimension olfactive aux expériences de réalité virtuelle, poursuit l’entrepreneuse. On a lancé sa commercialisation en septembre 2022. »

« Cela humanise le digital »

Olfy, dont l’objectif principal est de faire grimper son chiffre d’affaires à 100 000 €, en 2023, fait travailler deux personnes « mais nous souhaitons agrandir l’équipe, avec l’arrivée d’un directeur technique et d’un commercial ». Aux trophées La Mayenne innove, c’est sa solution « innovante et adaptable » à tous les casques de réalité virtuelle que défend la start-up lavalloise. « L’avantage qu’a notre solution, c’est qu’elle donne lieu à une expérience client multi-sensorielle complète et unique, mobilisant tous les sens, insiste Clothilde Dubernet. C’est unique en France, cela éveille les cinq sens, le plaisir et les émotions et cela humanise le digital. »

Olfy veut ainsi « créer du lien » entre les entreprises et leurs clients, à travers d’autres canaux de communication, « car les réseaux sociaux sont saturés ». Et sa solution est prête à être déployée. « La crise sanitaire a été bénéfique pour moi, car elle m’a permis de développer le produit pendant que le monde était en pause, pour ensuite arriver avec un produit prêt, lors de la reprise de toutes les activités, soutient la créatrice. De plus, cela a permis une prise de conscience de la population et du monde scientifique quant à l’importance du sens olfactif. »

Le sens olfactif, il est vrai souvent oublié lors des expériences en réalités immersives, c’est donc l’atout premier de la société Olfy. Déjà candidate l’an passé, à La Mayenne innove, l’entrepreneuse mayennaise attend de cette nouvelle édition « d’être une fois de plus challengée sur l’entreprise et de gagner en visibilité sur le territoire ». Un leitmotiv légitime pour une jeune entreprise qui ne demande qu’une seule chose : grandir plus encore.

 
Nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience sur notre site.